Seneclic

Ousmane Sonko vs Mansour Faye, basta cosi !

Le Ramassage de Ibou.

Magal 2020, une édition inoubliable !

Le 18 Safar 2020 sera certainement inoubliable. Au-delà de sa impopularité due à la maladie à coronavirus, le magal de cette année a fait couler beaucoup de salives, avant, pendant, et après. Avant le magal, c’était d’abord la peur. La peur d’aller et de croiser le virus Corona. La déclaration sans surprise du Khalif annonçant la tenue de ce dernier a été un ouf de soulagement pour certains, et une vive inquiétude pour d’autres, le corps médical par exemple. Souvenons nous de la sortie de maître El hadji Diouf qui est guéri de la Covid-19. Il avait annoncé qu’il n’irait pas à Touba pour le Magal. Et pour cause, le contexte actuel de la pandémie due au coronavirus ne s’y prête pas. L’avocat de rappeler les propos de Cheikh Ahmadou Bamba selon lesquels “fonék meune ngafa magal”. Et beaucoup de Talibes ont critiqué voir même insulté l’avocat. Mais je pense qu’il a raison car il est responsable de ses actes. Il peut comme d’autres personnes fêter le magal hors de la ville sainte de Touba.

Elhadji Diouf n’est pas le seul à faire le buzz avant le magal. Sokhna Aida Diallo en est une. Interdit de tenir toute manifestation religieuse durant le Magal de Touba, SokhnaAida Diallo la troisième épouse du défunt Cheikh BéthioThioune a effectué une sortie dans le sens des instructions de son mari. “Tekk”, ou disons “silence”, a-t-elle recommandé. Pas que. Sokhna Aïda Diallo, en clair, ne compte pas répondre aux directives des autorités mourides qui ont pris la décision de la confiner chez elle, avec interdiction de dresser une tente devant chez elle. Il lui aurait en outre été interdit, par Touba, d’organiser des rassemblements. En réponse, elle a envoyé un message audio dans lequel elle leur recommande de ne faire aucun commentaire des instructions et de garder le silence. Garder le silence, avec des chants religieux, et de s’y mettre. Le cas Sokhna Aïda Diallo mérite un coup de projecteur, en ce sens que cette bonne dame a eu la bénédiction de son mari, qui, avant sa mort, avait mis en garde son épouse qu’elle fera face à de sérieuses difficultés, notamment dans cette société sexiste “où la femme n’est pas très bien considérée”. Cheikh Béthio qui reconnaît que “sans la femme l’homme n’est rien”, avait prédit un tel scénario : la traque contre Sokhna Aïda Diallo. Une chasse lancée contre une veuve, sans défense, et qui a pourtant toutes les prérogatives, légalement conférées par son mari qui, avant sa mort, avait demandé à ses disciples de suivre son épouse, si malheur lui arrivait. Ne dit-on pas “Mouride Ndigueul”. En clair, le mouride doit suivre les instructions. Pour ce qui est de Sokhna Aïda Diallo, a-t-elle péché pour avoir voulu suivre les instructions de son mari ? Reste à savoir si Touba peut aux disciples de quelque rang qu’ils soient, de se rendre là où ils veulent. La réponse revient au ministre sénégalais de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, lui qui avait rappelé la liberté à tout Sénégalais d’organiser une manifestation, pourvu que cela ne rentre pas dans le cadre de trouble à l’ordre public.

Sur les réseaux sociaux, les commentaires vont bon train. Les mourides s’offusquent du comportement que certaines femmes ont eu à Touba, lors de la célébration du Magal. Cette année, beaucoup d’entre elles ont étalé des bijoux en or, des cheveux naturels, des faux cils, des habits et des vidéos sur fond musical. Coiffeuses, actrices, jet-setteuses, chanteuses… Elles sont nombreuses à avoir profité de la célébration de ce Magalpour se livrer à un “défilé de mode”. Un comportement qui est contraire aux règles édictées par le khalife général des mourides dans la ville sainte de Touba. Le dérapage de Marichou Diop. Marichou Diop est aussi dans le lot de ces femmes qui ont fâché les mourides. L’actrice est montée sur l’un des minarets de la grande mosquée de Touba et s’y est prise en vidéo accompagnée d’une musique du chanteur Carlou D. Je pense qu’elle a confondu la Mosquée de Touba à la Tour Eiffel à Paris ou l’Empire State Building à Manhattan ou le Burj Khalifa à Dubaï ou on prend prendre des vidéos, faire des selfies, danser, s’embrasser etc. Ces filles sont ignares, sans éducation, sans instruction et sans savoir vivre pour faire la différence entre les lieux sacrés et les lieux de tourisme et de jouissance. Non mais franchement. Même le dernier des idiots sait qu’on ne ne peut pas se permettre de faire certaines choses dans certains endroits. Et un peu d’intelligence lui aurait permis de savoir qu’une telle vidéo allait choquer plus d’un mais quand on a un cerveau taille p’tit pois, on n’est pas capable de réfléchir plus loin que le bout de son nez. Malheureusement l’écrasante majorité de nos “pipoles” au Sénégal a été rattrapée par le succès, n’est jamais sortie de son trou à rats, n’est jamais sorti de Dakar, n’est pas instruite et n’a aucune éducation. Donc pas étonnant de voir des dérapages et des comportements odieux et irréfléchies des filles, des garçons, des femmes et hommes qui deviennent célèbres du jour au lendemain à cause des séries TV, de la musique ou des concours de musique du genre Petit Gallé. Le succés leur monte très vite à la tête et ils font n’importe quoi. Et malheureusement elle ne sera pas la dernière à faire des bêtises !

La Police nationale, à travers ses différentes directions impliquées dans le dispositif sécuritaire du Grand Magal de Touba édition 2020, a mis en place un plan d’opération dénommé “Magal ak Karangué”. Ce plan ayant mobilisé un effectif global de deux mille quatre-vingt-treize (2093) policiers, quatre-vingt-trois (83) véhicules et vingt (20) motos, a permis de couvrir les zones de Touba, Mbacké et Diourbel”, lit-on d’emblée dans le document. 558 personnes arrêtées pour détention et usage de produits cellulosiques, vol, viol sur mineure, détention de faux billet de banque, jeu de hasard. Ainsi, fait-on noter, il a été axé principalement sur deux piliers. Il s’agissait d’une part, de lutter contre la délinquance par la création de postes avancés pour rapprocher la police des fidèles et la mise en place de systèmes de patrouilles permettant de mieux investir les zones criminogènes et d’autre part, de réguler la circulation en privilégiant la fluidité, en interdisant aux véhicules hippomobiles d’emprunter les voies goudronnées et en créant une zone piétonne tout autour de la grande mosquée. À cela s’ajoute une forte présence policière au niveau des ronds-points, intersections et carrefours pour faciliter la mobilité et la mise en place de services d’ordre au niveau des domiciles des autorités religieuses. Selon les éléments de la police, ce dispositif qui sera maintenu jusqu’au départ des pèlerins, a permis l’interpellation de Cinq cent cinquante-huit (558) personnes pour diverses infractions dont (45) pour non port de masque, (157)  pour vérification d’identité, (32)  pour détention, usage, offre et cession de chanvre indien,(20)  pour vagabondage, (47) pour ivresse publique manifeste, (39) pour détention et  usage de produits cellulosiques, (26)  pour vol, flagrants délits de vol, (04)  pour tentative de vol, (01) pour viol sur mineure, (01) pour délit de fuite, (01) pour détention de faux billet de banque, (16) pour jeu de hasard, (22) pour rixe sur la voie publique, (02) pour abus de confiance, (01)  pour escroquerie au visa, (02) pour coups et blessures volontaires, (19) pour nécessité d’enquête,(02)  pour violence à ascendant, (02) pour homicide involontaire par accident de la circulation routière, (13) pour détention d’objet de provenance douteuse, (04) pour rébellion et outrage à agent, (02) pour usurpation de fonction. Plus de 8 kilogrammes de chanvre indien saisis. Dans le cadre de la lutte contre la drogue, ces opérations ont permis la saisie de 8,790 kilogrammes de chanvre indien. Le communiqué de poursuivre que sur le plan de la sécurité routière, (419) pièces ont été saisies, (21) véhicules mis en fourrière et (109) motos immobilisées. En sus, quarante-deux (42) accidents de la circulation ont été constatés dont (11) Corporels, (28) Dégâts matériels et (03) Mortels. Le Bureau des relations publiques de la police a, toutefois, indiqué que parallèlement à ces opérations, des actions de sensibilisation sur le respect des mesures barrières ont été menées avec la distribution de masques.

Ousmane Sonko vs Mansour Faye, Basta cosi.

Je n’ai jamais vu un débat aussi inutile que celui de Ousmane Sonko et Mansour Faye. S’il vous plaît, vous avez assez joué, Basta cosi. Un grand ministre de l’état laisse tout son travail pour tenir une conférence de presse sur ce bout d’audio sur des enfantillages ? et lui Yakham en plus d’être ministre, est supposé être le directeur du quotidien le soleil, l’organe de presse du gouvernement ? très honnêtement, Mansour Faye et ce fou de Yakham Mbaye nous rendent beaucoup service. Ils nous prouvent et nous confirment qu’il n’y a absolument rien à reprocher à Ousmane Sonko. Tout ce qu’ils viennent de dire, c’est “Sonko est tellement clean qu’il faut seulement l’attaquer sur des enfantillages” C’est tout ? même si cet audio s’avèraitauthentifié, on s’en fout. en 2013 Ousmane Sonko était le patron du syndicat des inspecteurs des impôts, c’est normal que si un de ses camarades, en la personne de Tahibou Ndiaye, a des problèmes avec la justice, dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, leur syndicat aille l’aider à régler le problème et c’est Ousmane Sonko le syndicaliste-en-chef qui devait être envoyé au front. Un syndicat c’est fait pour ça. En plus, Sonkon’a jamais caché le fait qu’il croit Tahibou Ndiaye innocent et simplement victime de manipulations. Sonko l’a dit plusieurs fois dans les medias. Il n’y a rien de nouveau. Quel que soit l’accusé, il y a toujours des gens qui le/la croient sincèrement innocent, surtout les syndicalistes de son lieu de travail. Tout ce brouhaha, c’est pour détourner les citoyens sur des futilités, des tessanté et oublier le problème de Mansour Faye : Le président a confié à son beau frère Mansour Faye des milliards (on parle de plus 1000 milliards de francs cfa) pour régler le problème des inondations et de la pandémie de la covid 19. Le président avait crié sur tous les toits que le problème des inondations est résolu. Aujourd’hui, tout le monde se rend compte qu’on n’a absolument rien fait pour régler le problème des inondations. L’histoire des milliards engloutis par le problème de la covid est grave. Et tout cela à cause de mansour faye. Des activistes Guy Marius Sagna et BabacarDiop portent plainte contre Mansour Faye auprès de l’ofnac et Mansour Faye dit qu’il n’ira pas répondre juste parce qu’il est le beau frère du président et pour échapper à tout ça, il nous invite à des enfantillages.

Par Ibrahima FAYE

Seneclic.com

Avatar

Presi Cisse

commenter

Pub

Restez connectés

Restez connectés

Ne ratez aucune nouvelle publication...

Seneclic

GRATUIT
VOIR